votre banque & vous

Les bonnes questions
à se poser
avant de se
lancer en bourse

02 avril 2021
3 MIN

Vous souhaitez investir en Bourse pour la première fois et vous n’êtes pas à l’aise ? Il est recommandé de bien vous informer pour comprendre ce type de placement. Décryptage… 

Investir en Bourse, pourquoi pas, mais que devez-vous savoir ? Même si vous ne devez pas obligatoirement devenir un professionnel de la finance, il convient de bien vous renseigner sur les caractéristiques et les éventuels risques et conséquences de vos investissements. En effet, en plaçant votre argent en bourse, votre capital sera soumis aux fluctuations des marchés financiers (à la hausse ou à la baisse) et il existe une prise de risque dont il faut tenir compte.

Les marchés financiers sont des places immatérielles et réglementées où s’échangent notamment des instruments financiers, par exemple les actions ou les obligations, dont la valeur varie au cours du temps(1). Il est donc possible d’y gagner mais aussi d’y perdre de l’argent. En investissant en Bourse, vous allez détenir ces instruments financiers. Il s’agit notamment d’une fraction du capital, ou de la dette (pour les obligations), d’une société cotée en Bourse.

En détenant des actions, vous pourrez participer et voter à l’assemblée générale des actionnaires, et percevoir une part des bénéfices de l’entreprise concernée. C’est ce qu’on appelle les dividendes, pour les bénéfices reversés par les entreprises aux actionnaires. En détenant des obligations, vous pourrez percevoir le paiement de coupons : ils correspondent aux versements des intérêts.

Ouvrir un compte spécifique pour investir en bourse

Pour détenir des titres (actions ou obligations, par exemple), l’investisseur doit ouvrir un compte spécifique pour y conserver ses produits. Parmi les plus connus, vous trouvez le compte titres ordinaire et le Plan d’Épargne en Actions.

Bon à savoir

Le compte titres n’est soumis à aucun montant minimum d’ouverture et n’est pas limité par un plafond d’investissement.

 

Pour faire simple, avec un compte titres ordinaire, vous pouvez investir dans tous types de valeurs et sur toutes les zones géographiques. Il doit être rattaché à un compte courant pour permettre de débiter ou créditer le montant des opérations d’achat ou de vente de titres. Un compte titres peut être ouvert à titre individuel ou en cotitularité avec votre conjoint, ou être détenu avec plusieurs personnes, dans le cas d’une indivision, par exemple.

Vous pouvez détenir plusieurs comptes titres, mais pouvez également vous tourner vers le Plan d’Épargne en Actions (PEA). Son utilisation est plus encadrée (voir ci-dessous) et vous permet de réduire, voire d’effacer, l’imposition sur vos gains.

Idée reçue : On paie beaucoup d'impôts lorsqu'on investit en bourse

Avant de vous lancer dans un investissement en bourse, vous devez prendre connaissance des frais (frais de courtage, droits de garde...) et les règles fiscales qui s’appliquent à chaque enveloppe (CTO, PEA). Il est important de connaître la fiscalité applicable pour un compte titres et celle du PEA avant d’investir. Votre Conseiller bancaire pourra vous rappeler la fiscalité applicable de ces différents placements pour vous accompagner.

Sur un compte titres ordinaire, les dividendes, les coupons obligataires et les plus-values sont imposables au Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) à hauteur de 30 % (12,8 % d’impôt sur le revenu et 17,2 % de prélèvements sociaux). Cependant, vous pouvez opter, sur votre déclaration de revenus, pour une imposition au barème progressif de l’impôt sur le revenu, pour la totalité des revenus du capital de votre foyer fiscal, en lieu et place du taux forfaitaire de 12,8 %. Cela peut être intéressant lorsque votre Tranche Marginale d’Imposition (TMI) est inférieure à 12,8 %(2). Les prélèvements sociaux restent toujours dus au taux de 17,2 %.

Le Plan d’Épargne en Actions (PEA) est un produit d’épargne composé d’un compte titres et d’un compte espèces associé. Il permet de bénéficier d’un cadre fiscal avantageux, en raison d'une exonération d’impôt sur le revenu(3) sur les revenus perçus et les plus-values réalisées, sous condition de l’absence de retrait pendant 5 ans. Après 5 ans de détention, seuls sont dus les Prélèvements Sociaux (actuellement de 17,2 %) sur le gain constaté au moment des retraits ou de la clôture.

Cette enveloppe fiscale, réservée aux personnes physiques qui ont leur domicile fiscal en France, permet d’investir en actions d’entreprises de l’Union Européenne et en placements collectifs (fonds, Sicav…) investis à 75 % au moins en actions de ces entreprises.

À la différence du compte titres ordinaire, il existe un plafond de versement de 150 000 €. De plus, un seul PEA peut être détenu par personne. Comme pour le compte titres, avec le PEA, vous pouvez réaliser des achats ou des ventes de titres et encaisser des revenus. Les prélèvements sociaux et éventuellement fiscaux ne sont payés que lors de vos retraits hors du PEA et non pas à chaque encaissement, comme pour un compte titres.

La date du premier versement sur le PEA permet de faire courir le décompte de sa durée de détention. Tout retrait effectué avant le 5e anniversaire du Plan entraîne automatiquement sa fermeture(4). Dans ce cas, les éventuels gains constatés seront taxés comme des plus-values réalisées dans le cadre d’un compte titres ordinaire. Après cinq ans de détention, le gain constaté au moment d’un retrait ou de la clôture est exonéré d’impôt sur le revenu(3) et seuls les prélèvements sociaux sont dus (actuellement de 17,2 %). En outre, depuis le vote de la Loi Pacte, vous pouvez effectuer des retraits dès la 5e année de détention sans entraîner la clôture de votre plan et il restera possible d’effectuer de nouveaux versements sur votre PEA.

Bon à savoir

Vos enfants majeurs rattachés fiscalement à votre foyer peuvent aussi posséder un PEA. Celui-ci fonctionne comme un PEA classique, mais son plafond est limité à 20 000 euros (en plus du plafond de 150 000 euros du PEA des parents). Dans les deux cas, la date du premier versement sera la date fiscale de référence pour bénéficier de ses avantages fiscaux, après 5 ans de détention.

Choisir l'assurance vie pour investir en bourse

L’assurance vie est une enveloppe qui permet, elle aussi, d’investir sur les marchés financiers via des unités de compte représentatives de titres de fonds, tout en bénéficiant d’une fiscalité favorable. Tout comme le compte titres ordinaire, elle permet d’investir non seulement sur les marchés financiers, mais aussi sur le marché immobilier, via notamment des parts de SCPI (Société Civile de Placement Immobilier).
Cette possibilité de diversifier son épargne, sur les marchés financiers ou immobiliers, implique que l’investisseur soit conscient des risques présentés par ce type de placements et accepte le risque de perte en capital afférent.

Pour tout renseignement, rapprochez-vous de votre Conseiller Société Générale. Il pourra vous donner toutes les informations nécessaires, et, préalablement à tout investissement, déterminer, avec vous, la solution d’épargne adaptée à votre situation patrimoniale et budgétaire, à vos objectifs et horizon de placement, à vos compétences financières, ainsi qu’à votre profil investisseur.

Contacter mon conseiller

Pour en savoir plus, visionnez notre vidéo et faites sereinement vos premiers pas en bourse